_____________________________________________________________________________________________________________________________
1998

Je me rappelle clairement comment était

La marche par delà le viaduc
jusqu’à la vieille ville

l’odeur du feu de bois
et du pain chaud

le tintement des cloches

le rire des enfants

et les falaises au-dessus de la vallée
blanc-parchemin
dans le soleil brûlant

Puis,
comme je l’avais toujours su,
j’ai vu celui que je serais un jour
assi au café
sur la place du marché

( Dan Fern, Die, 2008 )

____________________________________________________________________________________________________________________________


En 2OOO Dan Fern a acheté une maison et un atelier à Die,
une petite ville dans le Vercors, un parc naturel régional au sud de Grenoble dans le Sud-est de la France. Il s’est familiarisé avec la région au cours de nombreuses randonnées et d’escalades: dans le Diois, la vallée de la Drôme centrée sur Die; à Valcroisant, vallée boisée que dominent les falaises de calcaire délimitant l’extrémité sud du plateau du Vercors; et sur le Glandasse, montagne surplombant la vallée entre Die et Châtillon-en-Diois.Marches en CouleurMarches en Couleur
La réaction de Fern à ce paysage fut si puissante, qu’il en devint le sujet-même de sa production artistique. Certaines des séries d’œuvres : Diois, Glandasse, Benevise et Toussière, se réfèrent directement à la région, mais la plupart s’en inspirent d’une façon ou d’une autre; par la qualité de la lumière, par la couleur des rochers, celle de la terre et du ciel que Fern a vues lors de ses sorties. De manière croissante, il s’instaura pour Fern un rapport nécessaire entre l’effort physique exigé par de longues journées en montagne, l’escalade parfois dangereuse et, dans l’atelier, la production de son travail au moyen d’un procédé de distillation et de méditation.
La nouvelle collection de tableaux de Fern se caractérise par une simplicité condensée et durement gagnée. En tant que créateur d’images commerciales, pendant de nombreuses années, il produisit des collages abstraits qui se distinguaient par les rapports délicats et musicaux des lignes, des couleurs et des formes. Son récent travail montre un traitement encore plus exigeant et réductif de la forme. Les tableaux puisent leur pouvoir de quelques éléments visuels soigneusement choisis afin d’exprimer les intimations les plus profondes du sens de l’existence d’après Fern.Diois Series ( 2003-5 )Vercheny Series ( 2002-5 )Marches en Couleur

Il a toujours collectionné les cartes anciennes, et dans son atelier s’entassent des cartes de la Ordnance Survey, des cartes Bartholomew’s à l’échelle d’un demi-pouce des années trente avec des courbes de niveau, des cartes de randonnée et d’escalade de France provenant de l’Institut Géographique National, et de rares cartes géologiques générales de France de la fin du dix-neuvième siècle. Ces cartes sont sur textile et le grain tissé de ces montures de lin est frais et agréable au toucher. Certaines de ces cartes deviennent sa matière première. Fern en utilise parfois une grande section, se servant du revers avec son réseau de plis, comme structure préétablie. Plus souvent dans ses nouvelles œuvres il découpe les cartes en sections rectangulaires individuelles. Les surfaces de lin se prêtent parfaitement aux plans de couleur matte. Fern les couvre de peinture acrylique et les rassemblent en différentes combinaisons, se servant de la couleur pour structurer les œuvres, qui prennent souvent la forme d’un triptyque vertical. Quand il en est satisfait de la disposition, il fixe les sections sur papier, et les assemblent souvent en série. Un simple fil coloré, collé soigneusement en place, divise certains tableaux en deux. D’autres fils s’enroulent et se déploient sur la surface avec une énergie calligraphique qui suggère non seulement l’écriture, mais les chemins, les pistes et les cordes d’escalade. Les bords restent souvent inachevés de façon suggestive. Le fait qu’il s’agisse de papier n’est jamais perdu de vue. Pour Fern, piéger et cacher une masse d’information imprimée, souvent belle en elle-même, constitue un acte d’édition radical. ‘La richesse et la complexité de la surface cachée en rendent le revers [de la carte] beaucoup plus puissant et abyssal’, écrit-il dans un carnet. Dans d’autres images, il a peint sur la surface imprimée de la carte et on peut y apercevoir les détails adoucis du paysage au travers des voiles de couleur.

RICK POYNOR
Traduit d’un extrait de WALKS WITH COLOUR ( Ed. England & Co. 2006 )

Marches en Couleur
Die, Drôme, Rhone-Alps, S.E. France